31 décembre 2010

Si c'est possible...

Hier, direction Mae-la Camp, un autre camp de refugiés karen, emblematique, disproportionné, grand, étendu, une ville au bord d'une route cerclées de barbelés. 45 698 Karens, entassés voir compressés. ..3,8km de long sur peu de large. Des maisons en bambous à perte de vue, une guerite militaire Thai, a l'entrée.

On montre patte blanche, style chevre de mr seguin, on y rencontre le camp commitee Karen, oui, ca joue sur le stade , secteur D, on y attend peut etre du monde ou pas; 11H du mat, y fait chaud. Non loin de la en salle, des ados  se rassemblent autour d'un des multiples tournoi de sport..Ping pong, ce matin, chilon, cet aprem ou foot, voir volley, voir un truc pour briser le temps, le rien, le ...

Atttendre , ca a l'air d'etre le letmotiv aprés vingt ans de rien, alors jouer le spectacle à 11H ou 11H 27 c'est pareil.

Rempli de l'esprit de J.vilar, nous on attaque à 11H 06, 07 mn de montage, 13 d'impro variées et digestes et ca joue..

Repas hors du camp,  aprés les salamalecks avec les militaires , on rentre et on sort ( accompagnés of course) comme dans les lettres de mon moulin.

Notre contact nous propose, peut etre et si on veut de re-re- jouer ce soir en fin de journéé dans un village Karen, oui Madame mais un peu à une heure de route qui finalement aprés sera 2h47 de route mais bref..

L'aprem c'est 13 mn à traverser le secteur A, nattes et decor sur l'épaule pour jouer dans une sorte d'église, notre laicité à toute epreuve nous guide, on y joue à meme le sol, on y installe le public sur des bancs made in vatican et nous voila à attaquer peut etre la 13 eme representations..Grand , grand moment, le temps, de rejoindre les camions, de monter chez les boudhistes et leurs 487 marches avant la pagode et nous voila, mercenaire de la creativité à rouler peut etre 1H 32 à travers un chemin de terre, pour atteindre un village Thai-Karen.

Une route longue, 7 km en une heure, un village pauvre, un accueil et un repas digne.

Un preche apocalyptique, un espace de jeu, minimaliste et caillouteux, des eclairages à la toyota 4/4 , 2 litres 6 et nous voila, au coeur du coeur, du coeur..

Aprés 15 jours de transit entre  5 camps, l'idée de se reposer un peu sur Mae Sot devient caduque..Mais l'equipe à la banane, comme ici beaucoup de commercants des rues du centre ville..

C'est vrai, c'est ce matin le vrai break, oui, un 31/.12 à glander le morning, certains dorment, font des shoppings,des massages, des barbiers ou voir se font raser la tete pour ressembler à leurs personnages fetiches d'ecoliers du spectacles et espere raffler la mise, lors de la 4 eme cérémonies des OsKaren 2011 à Mae-sot le 02 janvier à 19h 30.

Bref, cet aprem, c'est important de jouer à la Mae ta O clinic, lieu de transit et de soin pour les communautées Karen et birmane..on S'y pointe comme prevu vers 15 H 30. Une représentation importante dans un lieu  d'accueil...

Aprés on  nous offre une mohinga, la vrai soupe Birmane avec pleins de trucs dedans dont des oeufs.

Ce soir c'est le 31/12, y a des gens ca les stimule,Certains  sont en ville, d'autre face à un ecran.

Je fais parti de ce deuxieme groupe..

Mae sot

Le 01/01/11  à 01H11

Sabaidi pimai et plus encore  pour tout les autres..

F. GUILLAUME  (L.C.E  since2005)

Posté par csfthailande à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Si c'est possible...

Nouveau commentaire